Le Commun comme mode de production. Pour une critique de l’économie politique des biens communs

De P2P Foundation FR
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Par Carlo Vercellone, Francesco Brancaccio, Alfonso Giuliani, Pierluigi Vattimo

Présentation de l'ouvrage

Ce livre est le fruit d'une longue réflexion commencée en 2012 avec le séminaire Du public au commun, organisé par Pierre Dardot, Christian Laval, Antonio Negri, Judith Revel et Carlo Vercellone au Collège International de Philosophie et à l'Université Paris 1-Sorbonne. Cette réflexion s'est poursuivie à travers les séminaires Capitalisme cognitif et Le Commun entre travail et institutions qui ont eu lieu au cours de toutes ces années au Centre d'Économie de la Sorbonne et auxquels tous les auteurs de ce livre ont activement participé. Elle a également trouvé un moment important d'élaboration à travers les recherches menées dans le cadre du projet européen D-Cent. L'équipe de recherche "Capitalisme cognitif" du Centre d'Économie de la Sorbonne y a contribué par plusieurs rapports dédiés à l’économie des communs. Il serait donc impossible de remercier individuellement tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, ont permis à ce livre de voir le jour. Nous nous bornerons donc à un grand merci collectif à tous ceux qui ont contribué par leurs questionnements et leurs suggestions à réaliser ce travail commun sur le Commun.

Extrait de l'introduction

Dans l'organisation de cet essai, nous sommes partis d'une constatation : le Commun n'est presque jamais compris comme un tout organique, mais cerné de manière fragmentaire, en dissociant les différentes parties qui le composent. Ainsi, des notions telles que celle de « Commun » au singulier, de communs au pluriel, de Common Pool Ressouces, de biens communs, de propriété commune, etc. sont parfois utilisées comme des synonymes, parfois opposés les uns aux autres, sans en donner une définition précise. En outre, forte est la tendance à oublier la manière dont derrière l'utilisation de ces termes se cachent souvent des approches très différentes, tant sur le plan théorique que sur celui du rôle politique que le Commun pourrait jouer dans un projet de transformation sociale. Notre propos est de contribuer à aborder ces questions à travers une approche pluridisciplinaire qui conjugue étroitement théorie, histoire et analyse de la transformation des rapports sociaux. L'objectif est double. Le premier est de fournir au lecteur un guide pédagogique pour une analyse critique des théories économiques, sociologiques et juridiques des biens communs. Cette revue de la littérature nous permettra également de montrer ce que le Commun n'est pas ou, du moins, ce à quoi il ne devrait pas être réduit. Le second objectif est de proposer une approche alternative à celle de l'économie politique des biens communs. Dans cette démarche, le Commun sera pensé comme un véritable "mode de production" susceptible de constituer une alternative tout autant à l'hégémonie de la logique bureaucratique-administrative de l'État que à celle de l'économie capitaliste, en tant que principes de coordination de la production et des échanges.

Table des matières

PREMIER CHAPITRE. Pour une critique de l'économie politique des biens communs : une perspective historique et théorique

  1. La théorie samuelsonienne des biens publics en tant que défaillance du marché;
  2. Garret Hardin et la tragédie des biens communs ;
  3. Contributions et limites de l'approche néo-institutionnaliste d'Elinor Ostrom ;
  4. En guise de conclusion : Nœuds ouverts et non résolus de la nouvelle économie politique des biens communs.

DEUXIÈME CHAPITRE. Des approches du Commun au singulier au Commun comme mode de production

  1. Le Commun au singulier comme principe politique : éléments critiques ;
  2. Le Commun comme mode de production : une nouvelle perspective théorique.

TROISIÈME CHAPITRE. Commun et communs dans la dynamique contradictoire entre une économie fondée sur la connaissance et le capitalisme cognitif

  1. D'un système de Welfare State à un système de Commonfare ;
  2. Les centres sociaux en tant que communs urbains ;
  3. Inclure la notion de Commun et de biens communs dans les règles de fonctionnement des administrations publiques locales.

QUATRIÈME CHAPITRE. Réexaminer le droit à partir du Commun en tant qu'expression d'un rapport social de production

  1. Entre production sociale et production normative: un retour aux "fondements" du droit;
  2. Les transformations actuelles de la propriété, le cas de la propriété intellectuelle ;
  3. La réémergence du droit du Commun dans le nouveau capitalisme comme alternative à l'idéologie propriétaire du néolibéralisme et aux nostalgies étatistes.

CINQUIÈME CHAPITRE. L’économie de la connaissance et du numérique entre dynamique des communs et nouvelles enclosures

  1. La connaissance comme bien public et comme produit d’un secteur spécialisé : le paradigme fordiste d’Arrow et Merton ;
  2. Le développement du capitalisme cognitif et la crise du paradigme arrowien et mertonien de la connaissance ;
  3. La révolution informationnelle du PC et de l’Internet : au début, c’était le Commun
  4. La métamorphose du capitalisme cognitif et l’intégration de la critique des multitudes : peut-on diluer l’esprit du Commun dans un nouvel esprit du capitalisme ?

CONCLUSIONS

BIBLIOGRAPHIE

LES AUTEURS