Travail Emploi Numérique - Les nouvelles trajectoires (1)

De P2P Foundation FR
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé du rapport du Conseil National du Numérique Travail - Emploi - Numérique / Les nouvelles trajectoires

Il existe également une synthèse plus courte et qui ne tient compte que du thème des Communs sur cette page : Synthèse des recommandations du Conseil National du Numérique concernant les communs

La mise en forme en italique et en couleur n'est pas issue du rapport. Elle vise à répertorier les références aux communs et idées déjà évoquées dans le cadre de la P2P Foundation.


AVANT PROPOS

3 problématiques principales :

  • quels nouveaux métiers, quelles nouvelles compétences et comment conduire la transformation numérique des entreprises ?
  • quelles sont les pratiques numériques des services publics de l’emploi dans le monde ?
  • comment l’automatisation et la numérisation des activités agissent-elles sur le travail et ses conditions ?

Une méthodologie avec 2 partis pris :

  • assumer l’inconnu : ne pas arbitrer entre les scénari prospectifs sur le futur de l’emploi
  • axer le rapport sur le numérique : identifier opportunités / risques, proposer des méthodes d’analyse, entendre les retours d’expériences

Un rapport en 2 parties :


INTRODUCTION

Le Cnum réfute l'idée selon laquelle la mutation profonde actuelle ressemblerait à des événements antérieurs connus.

Il ne s'agit pas d'une crise mais d'une métamorphose. ( Cf M. Bauwens à propos de la transition)

50% des emplois sont menacés par l’automatisation dans un horizon proche : il faut entreprendre une révolution épistémologique

Anticiper devient plus difficile, au plan individuel comme au plan collectif. Il s'agit donc de mettre en place des formes résilientes de gestion de l’incertitude.

Agir est nécessaire pour l'état, il n’est pas possible de se contenter du statu quo.

Objectifs principaux :

  • Valoriser les parcours hybrides, la pluriactivité, les changements de statut, les prise d’initiatives… (attention aux aux inégalités dans la capacité à s’adapter au changement)
  • Transformer les organisations pour en faire des lieux d’émancipation et d’apprentissage, réforme des modes d’organisation et de gouvernance des entreprises
  • Recréer du collectif, pour tous et à toutes les échelles (nouveaux travailleurs indépendants, organisation, société), réfléchir sur les modèles de distribution et de redistribution et sur la prise en compte des activités socialement utiles bien qu’hors emploi. Le travail doit être compris, dans sa signification la plus globale, comme constitutif de biens communs qui profitent à tous, et plus généralement du commun, c’est-à-dire de la capacité des membres d’une société à avancer ensemble.
  • Repenser la relation entre le travail et la (re)distribution des richesses pour enrayer la progression des inégalités. Accumulation de richesses entre un nombre toujours plus restreint de personnes. Il faut choisir de nouveaux modèles, construits autour d’une conception rénovée de l’emploi, de l’outil fiscal ou d’un schéma alternatif de distribution.
  • Favoriser la capacitation des individus : autonomisation des salariés, système de formations adapté à la transition numérique, réforme de la conception de la protection sociale et des négociations collectives, mise en place de nouveaux canaux de redistribution de la richesse


CARTOGRAPHIE DES CONTROVERSES

Voir Travail Emploi Numérique - Les nouvelles trajectoires (2)


RECOMMANDATIONS

Voir Travail Emploi Numérique - Les nouvelles trajectoires (3)


ARTICLES DE PRESSE PUBLIES A PROPOS DU RAPPORT